Construction du Four

Un Four à Bois? Du « Pain Cuit au Feu de Bois » ?Notre Four « Le Panyol © » – Construction de notre Four

L’implantation du four dans notre vieille ferme vaudoise

Nous habitons une ferme vaudoise typique construite en 1856, et qui a la chance de ne pas beaucoup avoir été modifiée depuis. A cette époque, on ne construisait plus de four à pain dans chaque ferme, tout le village cuisait probablement en commun au four banal. Mais il y a, dans certaines fermes plus anciennes du Pied-du-Jura, des fours privatifs de dimensions comparables à celles de celui que nous avons construit.

Notre ferme vaudoise comprend classiquement une partie habitation sur deux étages (rez et 1er)  et une partie agricole comprenant au rez l’étable et la remise, et à l’étage le pont de grange et la fourragère, qui se prolongeait par dessus le pont de grange et l’habitation, jusqu’au faîte de la toiture. Une porcherie, de réalisation plus tardive (probablement vers 1884 selon un écusson dans la maçonnerie) vient s’appuyer sur le bâtiment au nord, sur le côté de l’étable.

Photo porcherie adossée à la maison

La porcherie est la partie agricole du bâtiment qui a subi les modifications les plus profondes et les plus récentes selon les traces trouvées au cadastre et au registre foncier. Elle comprend, au rez les boitons à cochons proprement dits – trois dans la version actuelle qui remonte certainement aux années 1960 – et la « cuisine au cochons » qui était l’endroit où l’on préparait la nourriture des cochons : on faisait bouillir dans une marmite un mélange de céréales, de légumes, de fanes et probablement de déchets alimentaires que les cochons recyclaient à leur manière. On trouve à cet endroit le fumoir qui permettait de directement fumer sur place les cochonnailles. A L’étage, on trouve le bûcher et la chambre du tâcheron, c’est à dire l’ouvrier agricole payé à la tâche qui prêtait main forte à la ferme. Cette chambre dépourvue de tout confort, seulement chauffée par le conduit de cheminée de la cuisine aux cochons, porte encore, écrits au crayon sur les poutres et les cloisons de bois, les noms des différents jeunes hommes qui s’y sont succédé à la charnière des années 1800 et 1900.

Afin de pouvoir l’utiliser dans de bonnes conditions toute l’année, nous avons construit notre four à l’intérieur, dans l’ancienne « cuisine aux cochons ». Les restes de l’ancien conduit de cheminée ont cédé sans opposer de résistance et ont révélé leur ruine prochaine. nous avons démonté le vieux bassin intérieur en béton moulé – identique à celui que toutes les fermes vaudoises possèdent – qu’il n’était pas question de remettre en eau. nous avons démonté également le vieux plafond de plâtre imbibé d’humidité et mis à jour les poutres de sapin noircies par les émanations du fumoir, et nous les avons brossées pour leur rendre un « coup de jeune ». L’aventure de la construction pouvait commencer.

D’abord une cheminée !

Nous avons réutilisé le chevêtre qui laissait passer la cheminée du poêle de la « cuisine aux cochons » et l’avons réaménagé – chevêtre bétonné avec base de tubage permettant la connexion d’un « tuyau de poêle » de 18 cm de diamètre –  avant de construire le four: ensuite, cela aurait été bien moins accessible !

20130428_191227_EDR_0325

Le chevêtre entre le four et la chambre du tâcheron, avec la base du tubage, juste après la coulée du béton

Ensuite, à la fin du chantier, nous avons monté un tubage moderne tout neuf et bien protégé dans son coffrage ignifuge pour traverser la chambre du tâcheron.

Le coffrage ignifuge qui recouvre le tubage pour sa traversée de la chambre du tâcheron. Un revêtement en petites briques, comme celui qui existait pour la cheminée d’origine de la « cuisine aux cochons » est prévu.

Encore un chevêtre bétonné au niveau du toit, surmonté d’une belle cheminée extérieure  et de sa cape, le tout en cuivre. Le matériel utilisé (tubage, isolant, coffrage ignifuge) a été fourni par la société Chemitube SA ( http://www.chemitube.ch/ ) à St-Maurice (VS), avec les conseils précieux de leur commercial, Monsieur Morel, qui nous ont bien dépannés en de nombreuses circonstances !

20130830_071100_EDR_1925

la partie visible de la cheminée alors que le cuivre était encore brillant !

Un solide bâti et une dalle en béton pour poser le four…

Ensuite nous avons construit un bâti sur lequel repose le four, avec déjà un parement en moellons, comme les murs extérieurs du bâtiment. Une niche pour le bac à cendres – une de ces vielles bassines à lessive en métal en tient lieu – a été aménagée sous la porte du four. Pour gagner de la place dans la pièce, nous avons creusé le mur extérieur de la pièce pour pouvoir y encastrer le cul du four ! Il a fallu construire un linteau pour soutenir la partie haute du mur, mais tout cela est dissimulé dans la chamotte derrière le four.

20130625_195206_EDR_5326

Le bâti qui va recevoir le four. Construit en briques de ciment, avec une décoration en moellons à l’avant. On aperçoit à l’arrière le mur évidé pour reculer le four au maximum et le linteau de béton pour soutenir le haut du mur.

Sur le bâti, nous avons construit une dalle en béton isolant (Liapormix© avec des billes d’argile expansée) pour éviter les pertes de chaleur vers le dessous du four. Sur la dalle, une première couche épaisse de chamotte vient supporter la sole du four, constituée de carreaux épais en terre réfractaire.

20130706_182327_EDR_5376

La dalle de béton léger isolant a été coulée sur le bâti (en utilisant un coffrage perdu en carreaux ciment de 50×50 type « dalles de terrasse »). Elle a ensuite été recouverte d’une généreuse couche de chamotte (sable réfractaire) pour accumuler la chaleur sous le four. Enfin, la sole du four en carreaux de terre réfractaire fournie par « Le Panyol » a été découpée et posée.

Le montage de la voûte

La voûte du four a été montée sur la sole, avec également l’avaloir à fumées et la pièce d’entrée. Le tout a été ajusté au mieux pour donner à la voûte une belle forme. Le côté extérieur de la voûte a été soigneusement maçonné au mortier réfractaire résistant aux hautes températures.

20130708_230137_EDR_5388

La pose de la voute, l’étape délicate de la construction du four. Les pièces sont moulées, séchées puis cuites: elles souffrent de légères déformations dues au séchage et ont donc des tolérances de type « tolérance de maçonnerie », où des joints de 5 mm à 1 cm peuvent survenir. Finalement, j’ai décidé de rectifier deux voussoirs en les recoupant légèrement pour assurer une belle forme et des joints aussi minces que possibles à l’ensemble

20130726_080437_EDR_1209

La voûte du four enfin assemblée !

La construction du mur d’enceinte

Une fois l’assemblage terminé, le mur d’enceinte a été monté –  réalisé en matériaux isolants pour favoriser l’évacuation de la chaleur accumulée vers l’intérieur du four plutôt que vers l’air ambiant de la pièce – et un parement en moellons de décoration posé à l’extérieur de ce mur, sur la face avant du four. Une finition en briques réfractaires autour de la porte donne une petite touche supplémentaire et garantit le bon vieillissement de cette zone susceptible de gros écarts de chaleur.

20130728_195725_EDR_1223

Découpe et positionnement des briques réfractaires entourant la porte… le jeu de patience commence !

L’espace entre la voûte et le mur de parement est entièrement rempli de chamotte réfractaire, de la même matière que la voûte du four. Cela permet l’accumulation de la chaleur lors de la chauffe et sa restitution optimale au four.
Un tube d’évacuation des fumées – de type « tuyau de poêle » de 18 cm  – et un clapet de réglage du tirage complètent le raccordement entre l’avaloir à fumées du four et le tubage.

20130914_151453_EDR_2066

Le four tel que lors de la première fournée – le 14 septembre 2013

Un petit dessin des éléments principaux:

Plan de coupe de notre four

Dessin de la construction de notre four – Plan de coupe

En résumé…

Il nous a fallu environ 4 mois et demi de chantier (entre les week-ends et le soir, en plus des autres travaux entrepris dans la maison) pour venir à bout de cette tâche et avoir un four utilisable, et encore 2 mois pour les finitions esthétiques et les petites corrections après avoir appris à utiliser le matériel.

Nous avons eu un soucis avec le séchage du mortier réfractaire de la voûte : posé dans de mauvaises conditions, il avait séché tellement vite qu’il n’était pas possible de se rendre compte que l’épaisseur était insuffisante. Il s’est donc fendu après quelques mois d’utilisation, d’autant que les premières chauffes étaient parfois un peu violentes, le fournier n’étant pas encore rodé… cela a donc été réparé en tenant compte des erreurs commises !

20140323_180458_EDR_6733

Le mortier réfractaire qui a servi à maçonner l’extérieur de la voute a fissuré après quelques mois. La pose avait été mal effectuée, et une couche beaucoup trop mince (5 mm) avait été appliquée à l’arrière du four, avec de plus un séchage trop rapide.

Nous avons profité de l’arrêt imposé par ces réparations pour effectuer les finitions esthétiques et notamment refaire complètement le parement en moellons sur la face avant, en y aménageant une niche pour le matériel du fournier.

20140427_210205_EDR_3338

Le four dans sa version actuelle, avant la fin des aménagements périphériques (murs, armoire, etc.)

20140517_184859_EDR_6829

La première fournée du four après la remise en service – 17 mai 2014

La seule intervention qui n’a pas été réalisée par nos soins est la réalisation de la garniture de ferblanterie de la cheminée au raccord avec la toiture, pour laquelle nous ne disposions vraiment pas des connaissances « en interne ». Merci à Fabien pour son savoir faire !

Tout au long du chantier, le bienveillant coaching de notre voisin Daniel, maçon professionnel, nous a permis de venir à bout de la maçonnerie dans de bonnes conditions et avec un résultat probant.

Le travail le plus exigeant  a été le montage des éléments de la voûte du four « Le Panyol © » qui a nécessité beaucoup de patience, un rien de persévérance et de la débrouillardise… (et accessoirement la reprise de deux voussoirs à la circulaire à pierre – encore une fois merci Daniel –  pour obtenir une forme régulière). Mais le résultat valait certainement la peine que nous nous sommes donnés.

20130726_080437_EDR_1209